Crise sanitaire : les services de soins et d’accompagnement mutualistes MGEN/VYV 3 mobilisés au plus près des besoins de la population
Le groupe MGEN est fortement mobilisé dans la lutte contre la Covid-19 au travers de ses 60 SSAM (services de soins et d’accompagnement mutualistes) répartis sur l’ensemble du territoire national et membres de VYV 3. Les initiatives sont nombreuses et la MGEN, membre du Groupe VYV, a souhaité porter un éclairage sur les actions mises en place au sein de ses établissements, dans le cadre de la crise sanitaire.

14 décembre 2020

« Depuis sa création il y a 74 ans, l’accès aux soins a toujours été un des métiers de la MGEN. De l’hôpital de proximité au centre médical et dentaire, en passant par la santé mentale et l’hébergement des personnes âgées dépendantes ou en situation de handicap, les établissements et services MGEN/VYV 3 s’engagent au cœur du service public dans les territoires. Notre volonté est de permettre l’accès aux soins à tous, sans faire de la santé un marché.
Avec cette crise sanitaire, les établissements privés solidaires ont montré leur engagement, leur capacité d’innovation et leur inscription sur les territoires en complémentarité des hôpitaux publics et en réponse aux besoins des Agences Régionales de Santé, grâce à la mobilisation de nos professionnels de santé. »


Stéphanie Roger, vice-présidente du groupe MGEN et Jérémie Sécher, directeur général adjoint Santé, Sanitaire, Social du groupe MGEN / directeur du pôle Soins de VYV 3

 
 

Les initiatives MGEN dans les prises en charge COVID+, au cœur du service public
 
  • Dans le cadre du rebond épidémique, et afin de répondre aux besoins du département du Haut-Rhin, l’établissement SSR des Trois Epis a réouvert une unité COVID de 15 lits, opérationnelle depuis le 9 novembre. L’établissement propose une prise en charge pluridisciplinaire, avec des moyens adaptés supérieurs à ceux d’une prise en charge en SSR conventionnelle. Les patients admis en unité COVID, proviennent pour la grande majorité du territoire Centre Alsace et plus précisément des hôpitaux civils de Colmar avec lesquels l’établissement entretient une active coopération. « Grâce à notre approche pluridisciplinaire, nous accueillons aujourd’hui deux catégories de patients. Des patients âgés, dépendants et présentant parfois d’importants troubles cognitifs et des jeunes patients, ayant contracté une forme grave du COVID, nécessitant une prise en charge psychologique, de rééducation et de réadaptation », déclare Enzo Bonomo, directeur des Trois Epis.
  • L’établissement de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) de Sainte-Feyre (Creuse) a été labellisé par l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour accueillir des patients Covid et en sortie de réanimation. Une reconnaissance de la qualité de la prise en charge obtenue aux côtés des centres hospitaliers de la région et de quelques cliniques privées. Pour faire face à l’afflux des prises en charge, cet hôpital de proximité se retrouve à faire des soins aigus. « Au printemps, notre établissement a accueilli en rééducation des patients post-Covid qui n’étaient plus contagieux, souvent venus d’Alsace. Il était prévu, qu’en cas de nouvelle vague, nous pourrions recevoir des patients Covid en phase aigüe. C’est le cas aujourd’hui », rappelle Laurent Talarico, directeur de l’établissement.
  • Dès mars 2020, l’Institut MGEN de la Verrière (Yvelines) a vécu la première vague COVID avec ses activités de MCO, SSR, psychiatrie et EHPAD qui ont dû être modifiées. Certaines unités de psychiatrie ont été fermées, des lits de médecine puis de SSR dans un second temps ont été transformés en unités Covid. Les équipes médico-soignantes ont su s’adapter et faire face à un certain nombre de bouleversements. « Notre force a été la solidarité au sein des unités, mais aussi au sein de l’établissement avec la mobilisation des collègues des secteurs moins touchés et fermés (psychiatrie). Epargné lors de la 1re vague, l’EHPAD a été atteint par cette 2nd vague. Là encore, chacun à sa place et dans sa mission est présent et met tout en œuvre pour assurer la sécurité et le bien-être des résidents qui nous sont confiés » indique Isabelle Etienne, directrice de l’Institut.
  • Focus sur le Centre Médical et Dentaire de Lyon. En soutien des services d’urgence des hôpitaux, les médecins généralistes du centre ont souhaité, dès le 1er confinement, proposer une filière COVID au sein de l’établissement. Les patients présentant des symptômes COVID ont pu consulter un médecin le jour-même ou le lendemain, qu’ils soient patients du Centre ou non. Cette filière perdure depuis mars dernier, le nombre de créneaux disponibles chaque jour s’adaptant en fonction de la demande chaque semaine.
 
 
L’engagement des équipes pluriprofessionnelles MGEN pour une réelle continuité des prises en charge non Covid
 
  • Au sein des établissements SSR et en Santé Mentale, les professionnels continuent de déployer des solutions innovantes pour maintenir des prises en charge de qualité. Ils associent par exemple séances sur site et séances de télé-soins ou de télé-rééducation, des alternatives qui permettent de venir en aide, à distance, à un plus grand nombre de patients. Exemple à l’hôpital de jour en Santé Mentale de Rouen. Les patients sont pris en charge en présentiel ou en distanciel par les médecins, les psychologues et les infirmiers. Certains patients bénéficient également de visites à domicile. Les activités sur site sont réduites (jusqu’à 6 personnes). Certaines activités ont été dupliquées pour répondre à la demande. L’éducateur de sport adapté continue de dispenser ses séances avec les patients en très petits groupes (yoga, gymnastique douce et « psychoboxe »).
  • Au sein de l’établissement de médecine, SSR et Institut de néphrologie de Maisons-Laffitte, la filière dialyse a fortement mobilisé l’équipe, avec une activité 2020 supérieure à celle de 2019. L’Institut a accueilli en surnombre les personnes dialysées d’autres centres en difficulté.
  • Les Centres Médicaux et Dentaires MGEN (Lyon, Nancy, Nice, Paris et Strasbourg) poursuivent leur dynamique d’accès aux soins de médecine générale et de spécialités. Une activité appréciée par les patients qui se déclarent satisfaits de pouvoir être soignés. Et au-delà, une implication qui permet d’éviter les recours aux urgences et le passage dans les hôpitaux en tension. En effet, la Covid ne doit pas faire oublier les autres maladies et entraîner le renoncement aux soins.
 
 
Les actions de l’employeur MGEN au bénéfice des communautés professionnelles
 
Avec près de 10 000 salariés, dont plus de la moitié dans ses établissements de soins et médico-sociaux, le groupe MGEN est attentif au bien-être de ses équipes et développe de nombreuses mesures en ce sens.
 
  • MGEN a noué un partenariat avec l'enseigne Intermarché au printemps dernier afin de permettre un accès prioritaire à tous ses soignants pour leurs achats de première nécessité. Solidarité, coopération, mieux-vivre, malgré des activités très différentes, les deux groupes partagent de nombreuses valeurs. Ce partenariat vient d’être renouvelé, il permettra une aide appréciable pour faciliter le quotidien des équipes soignantes MGEN dans cette période difficile. Un grand nombre de magasins Intermarché à proximité des établissements MGEN ont accepté de faciliter cet accès privilégié.
  • Pour accompagner dans leur vie professionnelle et familiale ses 4500 personnels soignants, administratifs, d'entretien, logistique en nos établissements de santé, MGEN a recensé les initiatives et les aides spécifiques sur une page dédiée : https://www.mgen.fr/solidarite-soignants/ .
  • La direction des ressources humaines groupe propose un dispositif d’accompagnement psychologique pour tous les collaborateurs qui en ressentiraient le besoin, via l’IAPR (Institut d’Accompagnement Psychologique et de Ressources) avec un numéro vert.
  • Le groupe favorise enfin le partage d’expériences entre pairs (médecins, cadres de santé, pharmaciens, directeurs d’établissements…) afin de faire émerger de nouvelles pratiques testées et approuvées sur le terrain.